Our Recent Posts

10ème édition du Forum Cantonal du sport de Genève

Organisation d’événements sportifs, parcours du combattant et responsabilité éthique des acteurs du monde sportif.

La 10ème édition du Forum Cantonal du sport de Genève s’est déroulée dans les locaux d’Uni Mail en présence d’intervenants provenant d’horizons variés dans le domaine du sport (du comité international olympique, aux entreprises privées événementielles et athlétiques) ainsi qu’en présence des Autorités politiques genevoises.

Les acteurs issus du CIO nous ont fait part de la réussite des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2018 à Buenos Air. Des infrastructures temporaires ont été érigées dans toute la ville pour accueillir les diverses compétitions. L’idée était de faire venir le sport au citadin et non l’inverse comme c’est souvent le cas lors de ces grandes manifestations. Des accès facilités à des spécialistes tels que des nutritionnistes ou des médecins du sport ont été prévus via des tentes réparties dans toute la ville.

Il a été précisé, durant cette conférence, que les vidéos de l’événement ont volontairement évité les bannières rouges d'un sponsor faisant la promotion de boissons énergétiques ayant des effets négatifs sur la santé.

Certains des acteurs post-conférence se posaient la question de l’impact réel de ces jeux de la jeunesse. La gestion du gouvernement en place donnait l’impression de profiter de cette image médiatique à court terme et de l’apport financier que les jeux ont créé sans vouloir réellement encourager le sport comme vecteur de santé publique sur le long terme.

Cette problématique montre le rôle important d’un gouvernement dans sa gestion des événements sportifs. Pour rappel, Lausanne organisera en 2020 les Jeux Olympiques d’Hiver de la Jeunesse et devra relever ce challenge important.

Tous les intervenants du Forum Cantonal du sport ont partagé et communiqué le même objectif qui est de promouvoir les valeurs du sport sous toutes ses formes et dans la mesure du possible pour tous. Pourtant deux visions différentes se confrontaient avec des idées et des besoins parfois antinomiques.

Pour en revenir à Genève, lors de son discours d’introduction le Maire de la ville Sami Kanaan a rappelé l’importance du sport dans notre société ainsi que les différentes infrastructures et projets mis en œuvre par l’Etat pour encourager l’activité physique. Il a également admis qu’il était encore possible d’améliorer et simplifier les processus actuels qui permettent de mettre en place un événement dans le canton.

Intuition ou perche saisie, tous les intervenants du débat, ainsi que quelques personnes dans le public, étaient d’avis pour dire que l’organisation d’un événement à Genève ou en Suisse relèvait du parcours du combattant et où la seule solution pour achever ce parcours, sans perdre des plumes, serait le réseautage.

Les intervenants du monde du sport ont émis certains doutes concernant la volonté réelle de l’Etat à mettre en place des conditions cadres idéales pour faciliter la gestion et l’organisation des événements en Suisse. Les communes et le Canton en demanderaient toujours plus en termes de processus administratifs, d’autorisations, de dispositifs de sécurité ainsi que de plans sanitaires à respecter et mettre en place pendant l’événement.

Les communes et cantons, parfois aussi la Confédération sont cependant des acteurs incontournables pour la réussite d’un événement. Malgré les centaines de bénévoles auxquelles ces organisations ont recours, elles doivent faire appel à des subventions publiques pour clôturer leur budget et occupent également l’espace publique durant la manifestation.

L’Etat est donc à la fois critiqué pour sa lourdeur administrative et loué pour sa générosité en termes de subventions et de mise à disposition d’infrastructure. On le ressent clairement pendant ce forum, les intervenants doivent faire le jeu d’équilibriste entre exposer les problèmes existants pour organiser les prochains événements sportifs de 2019, sans froisser les politiques présents qui tiennent le couteau… où ici « le coureur » ... par la manche.

L’Etat prévoit chaque année dans son budget des centaines de milliers de francs à distribuer pour ces événements qui ont un impact, certes parfois difficile à mesurer mais un impact indéniablement positif sur la région, le bien-être social, psychologique et de santé sur la population.

Les subventions composent en effet une grande partie du budget de ces événements sportifs, mais pas la totalité. Nous ne pourrions pas parler de sport sans mentionner le sponsoring.

Les grandes marques adorent lier leur image à des événements sportifs et elles contribuent volontiers à divers événements dans l’objectif de se rapprocher de la population en contribuant à ce bien être social et mental de la population.

Mme Farpour-Lambert spécialiste en médecine du sport, qui a notamment participé à l'élaboration du label "Active Well-being", relève durant le débat qu’il est parfois contradictoire d’accepter les fonds de certaines marques de boissons gazeuses et sucrées lors d’événements sportifs.

La réponse des intervenant ne se fait pas attendre :

« Nous n’avons pas le choix et si l’Etat souhaitait influencer le choix des sponsors à un événement, ils se devraient d’augmenter ses subventions pour compléter le manque à gagner. »

Du point de vue de l’Etat, il est en effet légitime de se poser la question s’il n’est pas contradictoire de mettre en avant le sport via un événement qui va promouvoir à son tour des marques posant des problèmes de santé publiques.

Lorsque mon père, accompagné de mon grand-père, dans les années 60, allait voir jouer le Servette FC au Stade des Charmilles, un speaker attendait la mi-temps pour communiquer d’un air entraînant “ Gauloise, la cigarette des sportifs“.

Aujourd’hui nous sommes unanimement d’accord pour dire que ce type d’annonce n’est simplement plus possible et dépasse largement le politiquement correct. Les marques de bières soutenant les clubs de Hockey et de foot en Suisse ne semblent pourtant, pour l’instant, pas déranger l’opinion publique. La Lavercup qui sera organisée en septembre 2019 à Genève a choisi parmi ses sponsors principaux une célèbre marque de champagne. La liste d’exemples est longue, il n’est pas rare, pour les triathlètes de recevoir des boissons fortement sucrées en fin de course en guise de récompense.

Ne serait-ce pas alors le rôle des politiques de se positionner de façon plus claire et d’apporter du soutien seulement aux événements qui restent cohérents avec leur projet ? Nous pouvons saluer la Course de l’Escalade, un événement, fort heureusement parmi de nombreux autres, qui compte parmi ses sponsors uniquement des acteurs locaux en ligne avec l’esprit du sport d’aujourd’hui.

Quel est finalement le but premier de ces événements ? Est-ce la promotion des valeurs du sport ou est-ce simplement la réussite d’un événement social ?

Chacun des acteurs de l’Etat, tout comme les organisateurs, devraient se poser ces questions et trouver un mode de fonctionnement qui convienne à tous sans faire le grand écart entre valeurs souhaitées et valeurs transmises.

Bonne année sportive 2019

Toutes les actus du sport et des postes ouverts en Suisse, France, Belgique, Luxembourg et Monaco sur :

www.outdooria.ch

Info

10 rue Chantepoulet, Calliopée Business Center, 1201 Geneva, Switzerland 

Email: contact@outdooria.ch | Tel: +41.76.339.16.52

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White YouTube Icon
  • White Instagram Icon